petit-rapporteur
n° 122 – Avril 2012
Les habitants se mobilisent pour faire renaître le commerce de proximité
« La Cambuse », un café associatif à Langouët

Le café « La Cambuse » a rouvert ses portes le 9 mars dernier, à Langouët, après trois ans de fermeture. Une véritable renaissance pour ce commerce de proximité, qui était à deux doigts de perdre sa licence IV. Il doit son salut à la mobilisation des habitants et à l’implication de trois jeunes porteurs de projet. Histoire d’un sauvetage.

Pas facile de faire vivre un café dans un petit village de 600 habitants, plus d’un s’y sont cassé les dents. Mais « La Cambuse » n’est pas un café comme les autres… D’abord, parce qu’il appartient à la Communauté de communes du Val d’Ille, qui l’a racheté en 2004 pour éviter qu’il ne disparaisse. Ensuite, parce que c’est un café associatif. Depuis le 9 mars, en effet, date de sa réouverture, sa gestion repose sur une association regroupant des habitants de la commune et trois porteurs de projet de l’économie sociale et solidaire. Un mode d’exploitation inhabituel pour un commerce de proximité.
« Le dernier locataire-gérant ayant quitté les lieux en 2009, une réflexion a été menée sur le devenir de ce commerce qui ne trouvait pas de repreneur », raconte Anne-Gaëlle Mangin, chargée de mission solidarité au Val d’Ille. « Les habitants de la commune se sont mobilisés et une réelle dynamique s’est mise en place pour la réouverture du café ». Mais le temps était compté. Car, à défaut d’exploitation avant avril 2012, le café risquait de perdre sa licence IV, au terme de trois années d’inactivité.
Pour accélérer le mouvement et soutenir l’initiative des citoyens, le Val d’Ille a donc décidé de lancer un appel à projets au titre de l’économie sociale et solidaire. « L’idée était de trouver des porteurs de projet qui puissent assurer la gestion du commerce, en lien avec les habitants ».
Le projet de « café culturel », présenté collectivement par trois jeunes gens en décembre 2011, a retenu l’attention du Val d’Ille. « Ils avaient déjà une bonne connaissance de la commune et de la dynamique, puisque deux d’entre eux étaient d’anciens habitants de Langouët », souligne Anne-Gaëlle Mangin, qui a suivi le dossier. « On tenait à ce commerce, comme beaucoup d’habitants, on n’avait pas envie qu’il disparaisse, car c’est un lieu de rencontre et de lien social », témoigne Julien Meisart, l’un des trois porteurs de projet. « Ce qui nous intéresse, c’est de rétablir des services de proximité, mais aussi de développer l’animation communale et d’ouvrir ce lieu aux projets des habitants ». Et dans ce domaine, les trois partenaires savent y faire, puisqu’ils ont tous une formation d’animateur socio-culturel.
C’est ainsi que l’association « La Cambuse » a vu le jour, le 11 janvier 2012. « On voulait créer une association collégiale, c’est-à-dire sans présidence, mais on a dû déposer des statuts types provisoires en raison du délai très court », confie Sarah Gautier, qui a été nommée présidente. Une convention a été signée avec la Communauté de communes, qui a mis gratuitement à disposition de l’association les locaux d’activité pendant un an et lui a octroyé une subvention de 4500 euros pour faciliter le démarrage du projet.

Il faut sauver la licence IV

À partir de là, une véritable course contre la montre s’est engagée pour assurer la remise en route du bar dans le délai imparti. Tandis que Julien Meisart, trésorier provisoire, suivait une formation « permis d’exploitation » pour la licence IV, Benoît Jaglin, le troisième partenaire, effectuait un stage de gestion des entreprises de l’économie sociale et solidaire pour favoriser la structuration et la pérennité de l’activité. Des travaux de rénovation ont été réalisés par la Communauté de communes (mise aux normes électriques, pose de double vitrage, installation d’un poële à bois…), mais les habitants ont aussi mis la main à la pâte. Petits travaux de menuiserie, peinture, jardinage, récupération de mobilier pour meubler le bar… chacun s’est investi à sa façon pour faire de « La Cambuse » un espace convivial et préparer sa réouverture. « Ça a beaucoup changé en l’espace de quelques semaines », admire Anne-Gaëlle Mangin.
Enfin, le Jour J est arrivé. Vendredi 9 mars, la population et les élus étaient invités à une soirée festive pour inaugurer « La Cambuse ». Le café était plein à craquer, ce qui est plutôt bon signe pour l’avenir du commerce. « C’est une année expérimentale. Nous avons un an pour voir si ça fonctionne », explique Julien. Pour l’instant, « La Cambuse » a donc une amplitude d’ouverture limitée : le mercredi de 14h à 20h, le vendredi de 16h à 1h, le samedi de 16h à 20h et le dimanche de 9h à 13h. Les bénévoles assurent un roulement pour tenir le bar.
Pour les trois porteurs de projet, il s’agit maintenant de pérenniser le commerce en développant des activités et en cherchant des financements. Car, à terme, l’objectif est d’arriver à dégager des salaires. Dans cette optique, l’association sera accompagnée par Réso Solidaire, le pôle de développement de l’économie sociale et solidaire du Pays de Rennes. « Des bilans seront effectués régulièrement pour faire le point sur l’évolution du projet ».
En attendant, les idées ne manquent pas pour faire vivre ce café culturel : concerts, théâtre, expositions, café littéraire, débats, jeux de société, jardin pédagogique, diffusion télévisuelle d’événements sportifs…« On va essayer d’avoir une programmation régulière et variée, pour que tout le monde y trouve son compte. Mais c’est aussi aux habitants de faire vivre le lieu », annonce Sarah Gautier.
En parallèle, les porteurs de projet comptent mettre en place des services à la population, complémentaires aux activités déjà existantes sur la commune : dépôt de pain, relais poste, restauration à base de produits locaux… Ils envisagent aussi de développer des partenariats avec des structures locales, comme la bibliothèque municipale, l’EARL de l’Aulne (ferme bio), la Pépinière de l’économie sociale et solidaire… « Notre but, c’est de répondre aux attentes et aux envies des habitants ». Une boîte à idées a été installée dans le bar, pour recueillir les suggestions. Les adhésions sont aussi les bienvenues !

Joëlle Le Dû

Article original ICI

——————————————————————————————————————————–

 

La Cambuse ouvre, Langouët s’anime – Langouët

mardi 13 mars 2012


Une soixantaine de personnes à l'inauguration.

Après plus de deux ans de fermeture le bar La Cambuse a rouvert ses portes vendredi.

La Cambuse c’est toute une histoire. Aujourd’hui, le bar rouvre mais dans une configuration complètement différente. C’est une association (choisie par le Val d’Ille pour garder la licence 4) qui va gérer le bar. Ils sont une quinzaine mais toutes les bonnes volontés peuvent contacter Sarah Gautier s’ils souhaitent intégrer l’association.

La Cambuse, rare commerce de Langouët, est désormais un espace d’échanges et de convivialité. Il s’inscrit dans une logique de complémentarité des autres commerces. Il va surtout valoriser les produits locaux.

Le bar sera ouvert le mercredi, de 14 h à 20 h ; le vendredi, de 16 h à 1 h ; le samedi, de 16 h à 20 h, et le dimanche, de 9 h à 13 h.

Article original ICI

 

 

——————————————————————————————————————————–

 

Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

La Cambuse a fêté son 2e anniversaire en musique

http://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640x360/public/2014/07/05/la-cambuse-fete-son-2e-anniversaire-en-musique.jpg

Le week-end dernier, le café associatif La Cambuse a fêté ses deux ans d’ouverture. L’anniversaire a été une réussite avec les concerts des groupes renommés (Alee, M. Roux, DJ Marrrtin, le vendredi) et locaux (brass band El sistema, les Malouiners, le samedi) qui auront ravi plus de 200 personnes.

À cette occasion, les concerts étaient gratuits, ce qui a permis de réunir les familles et d’accueillir un public bien plus large que celui de la commune.

Contact : lacambuse.langouet@gmail.com

Article original ICI

——————————————————————————————————————————– Ouest-France, toute l’actualité locale et internationale

La Fête du court-métrage se poursuit

Vendredi dernier ambiance cubaine à Langouet.

Après avoir lancé, vendredi dernier, ses Cambusiques sur le thème de la musique cubaine avec la présence d’un trio cubain originaire de Santiago de Cuba, le Café associatif la Cambuse participe à la Fête du court-métrage organisée par l’Agence nationale du court-métrage, vendredi 19 décembre, à partir de 18 h, pour les enfants, et de 19 h, pour les adultes.

Lors de cette séance, les enfants découvriront qu’en chaque chose étrange, bizarre ou peu commune, se cache un véritable trésor ; mais ce trésor n’est pas forcément au goût de chacun. Cette rencontre permettra d’initier le public à ce format cinématographique qu’est le court-métrage.

Ensuite, dimanche 21 décembre en partenariat avec l’Afel de La Chapelle-Chaussée, un ludo choco est organisé de 14 h 30 à 17 h.